';

Breaking News

IXBRL Reporting ESEF Obligation ou opportunité?

Dans moins d’un an, les sociétés européennes intervenant sur un marché règlementé devront déposer leur rapport annuel financier en format iXbrl. 

Pour rappel, L’ESEF (European Single Electronic Format) est le format de reporting électronique dans lequel les émetteurs des marchés régulés de l’Union Européenne devront mettre à disposition leur information financière annuelle :

  • Au format XHTML pour l’intégralité de leur rapport financier annuel,
  • Au format iXBRL pour les états financiers primaires pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2020, puis pour leurs annexes aux comptes consolidés, en mode « balisage en bloc », pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022.

Cette nouvelle exigence de publication électronique du rapport financier annuel à compter de 2021 peut certes être perçue comme une contrainte à court terme mais représente une opportunité pour les Groupes de repenser en profondeur leur reporting financier pour le rendre plus dynamique, plus clair, plus visuel.

Différentes initiatives récentes ou en cours matérialisent cette tendance vers un reporting financier plus dynamique, plus clair et plus visuel :

  • L’émergence des reportings intégrés, fondés sur des données financières et non financières, et sur la mise en évidence des corrélations entre les ressorts de l’entreprise et la création de valeur,
  • Le projet « Better communication in Financial Reporting» de l’IASB visant à rendre l’information publiée plus utile aux lecteurs et plus fluide,
  • L’intérêt suscité par le concept « Core and More» développé par Accountancy Europe, pour une présentation plus intelligente des rapports d’entreprise, basée sur les intérêts des utilisateurs.

La contrainte iXBRL apparait alors comme une opportunité de répondre à ces tendances de fond : Transformer les rapports annuels en un format numérique permettra en effet aux entreprises de s’inscrire dans les tendances actuelles de rationalisation et de modernisation des publications tout en simplifiant la comparaison avec leurs pairs.

C’est pour cela que nous encourageons les groupes à vraiment prendre le temps de cadrer leur projet « iXBRL » et de réfléchir à la dimension qu’ils souhaitent lui donner : simple exercice de conformité ou tremplin vers un autre mode de communication du reporting financier. Cette ambition peut rester bien sûr un objectif à plus long terme mais doit être prise en compte dès les débuts du projet pour orienter les choix structurants. C’est aussi une réflexion qui doit être partagée avec tous les acteurs internes et externes concourant aujourd’hui à la publication de votre document de référence.

Une des étapes incontournables du projet iXBRL, et ce quelle que soit l’envergure que vous souhaitez lui donner, reste le mapping de vos états financiers. Cela ne doit pas se réduire à un simple exercice d’étiquetage de chaque ligne mais doit s’appréhender comme une démarche réfléchie et cohérente sur l’ensemble des états financiers. Cette démarche peut être l’occasion pour les Groupes de réfléchir à la structure actuelle de leurs comptes. En effet, même si le nouveau de format de reporting n’impose à priori aucune modification dans la présentation actuelle de vos états financiers, nous savons par expérience que toute nouvelle obligation donne lieu à des questionnements sur l’existant.

Cette démarche offre aussi l’opportunité aux Groupes de réfléchir à la création de nouveaux types de benchmark avec leurs concurrents – l’accessibilité, l’analyse et la comparabilité de leurs données financières seront demain facilitées.

Ginini antipode collabore avec UBPartner, un fournisseur de premier plan de solutions XBRL, afin de fournir une offre iXBRL dédiée, complète, souple, orientée métier, et basée sur des outils faciles à utiliser et entièrement certifiés. Nos premiers retours d’expérience auprès de grandes entreprises nous ont convaincus que ce type de projet devait d’abord être pris en charge par les financiers et que la complexité technique des rapports ESEF ne devait pas entraver le processus de production et de publication de votre rapport financier.

Lise Chorques

Grégory Labruyère

Plus d’infos sur iXBRL REPORTING ESEF