';

IFRS

Présentation des états financiers : vers moins de flexibilité ?

La norme IAS 1 « Présentation des états financiers » laisse aujourd’hui la part belle à la flexibilité et au jugement du management pour adapter la présentation du compte de résultat à sa vision de la performance.

En effet, à l’exception de quelques lignes minimum de présentation obligatoire, cette norme ne définit aucun agrégat de performance. Il en ressort aujourd’hui une grande diversité dans les pratiques et les indicateurs présentés : marge opérationnelle courante, non courante, EBITDA, résultat opérationnel… Ces indicateurs étant présentés soit dans les états financiers soit dans d’autres éléments de communication financière.

Face à une demande croissante des utilisateurs externes et des régulateurs, souvent défiants vis-à-vis de ces indicateurs dits « Non gaap », l’IASB semble décidé à reprendre les choses en main pour garder l’attractivité et la légitimité de ses états financiers.

Dans le cadre de son projet prioritaire « Better Communication », le normalisateur travaille à la publication d’un document de réflexion dont les principales propositions seraient :

  • Imposer la présentation d’un indicateur EBIT « normalisé » entrainant de facto la normalisation des éléments dits de financement ;
  • Créer une catégorie « de résultat d’investissement » au-dessus de l’EBIT au sein de laquelle serait présentés notamment les rendements financiers des placements ;

     

    • Proposer une règle de présentation du résultat des mises en équivalence en étudiant la possibilité de distinguer deux natures dont une pourrait être présentée en opérationnel ;
    • Imposer la présentation dans les états financiers des indicateurs de performance suivis par le management qui sont communiqués par ailleurs et ce soit directement au compte de résultat si ces indicateurs sont compatibles avec la nouvelle structure imposée ou bien dans les annexes avec une réconciliation obligatoire sur plusieurs années ;
    • Supprimer certaines options de présentation au tableau de financement (flux d’intérêts par exemple, point de départ unique pour la méthode indirecte)…

    Nous vous proposerons une synthèse plus détaillée des différentes propositions de l’IASB dès la sortie du document de réflexions.

    Dans l’intervalle, n’hésitez pas à solliciter nos experts IFRS pour toutes demandes relatives à la présentation de vos états financiers.